Teal IT et son service « Digiteal » ont convaincu l’Europe !

Pour développer sa solution de facturation électronique et de paiement « Digiteal », la start-up brabançonne Teal-IT a obtenu un subside européen de 950 000 € dans le cadre de l’Instrument PME Phase 2 : une première pour une entreprise wallonne !


Les Wallons et la R&D

À l’origine gérant de la SPRL Oniryx, Cédric Neve payait les factures de l’entreprise. « J’ai trouvé ça incroyable de devoir tout encoder pour pouvoir payer une facture ; vous imaginez les risques d’erreurs ? Le concept de la solution « Digiteal », que nous proposons aujourd’hui est né de ce constat-là ».

Le 18 avril 2015, Cédric Neve créait à Mont-Saint-Guibert la société Teal IT dans le but de fournir un service (« Digiteal ») simplifiant tous les processus liés à la gestion et au paiement des factures des entreprises comme des citoyens. L’application électronique fut rapidement développée, tout comme fut posé le choix d’utiliser le code QR de paiement standard européen. Mais il fallait convaincre les banques de suivre : c’est là que les premiers obstacles sont apparus.

À la recherche de fonds européens

Dans l’attente d’une réponse des institutions bancaires belges, qui par ailleurs s’éternisait, Cédric Neve assiste alors à une séance d’information sur le programme européen de financement Horizon 2020 organisée par le NCP Wallonie. Décision est prise d’introduire un dossier dans le cadre du programme SME en phase 1 pour obtenir le financement d’une étude de faisabilité du projet au niveau européen, soit 50.000 €. Le dossier est recalé, mais « Digiteal » ne passe pas inaperçu. Une société de consultance espagnole reconnue, spécialisée dans l’accompagnement en R&D, croit au projet et passe un accord avec Teal IT : elle les aide à obtenir le financement de 50.000 € de la phase 1 en « bétonnant » leur dossier et en échange, demande à réaliser l’étude de marché. C’était bien vu : introduit le 28 avril 2016, le dossier est retenu.

« Avec la société de consultance, nous avons alors rédigé cette fameuse étude de marché. Outre le descriptif détaillé de notre projet, il s’agissait notamment de démontrer en quoi « Digiteal » était intéressant à l’échelon européen et de vérifier nos droits, c’est-à-dire de voir s’il n’y avait pas de brevets qui pouvaient nous bloquer. De quoi constituer un nouveau dossier – bien plus conséquent celui-là – pour introduire une nouvelle demande de subsides européens, mais cette fois dans le cadre du programme SME en phase 2 ». Autrement dit, pour financer la R&D du projet et une première application commerciale.

Ce nouveau dossier est déposé en janvier 2017 dans la catégorie « Open innovation ». « C’est une catégorie un peu fourre-tout, qui ne répond pas à un programme bien défini, mais qui du coup reçoit beaucoup de projets. Les refus sont donc nombreux. C’est ce qui nous est arrivé : nous avons obtenu un Seal of Excellence, autrement dit suffisamment de points en innovation pour être retenus, mais les budgets n’étant pas extensibles et ayant été attribués aux meilleurs, nous n’avons rien obtenu ».

La deuxième tentative avec un dossier pourtant amélioré connaît le même scénario. La troisième tentative ne fait pas mieux. « Nous étions découragés, explique Cédric Neve. D’un autre côté, aucune PME wallonne n’a jamais obtenu de subsides en phase 2 ! »

Mais la chance va tourner. Un nouveau call est annoncé dans une autre catégorie. Le dossier doit être présenté différemment pour répondre à ce topic particulier. Dubitatif, Cédric Neve dépose sa demande le 13 octobre 2017 sur les conseils de la société de consultance espagnole. Et là, bingo ! Le NCP Wallonie apprend à Teal IT qu’ils recevront un budget de 950.000 € pour accélérer le déploiement de leur concept en Europe. En soi, le projet est toujours resté le même, mais l’inscrire dans une catégorie plus spécifique, avec des relecteurs différents, s’arrêtant sur d’autres critères, a fait la différence.

Mettre « Digiteal » sur les rails

« Bien entendu, commente Cédric Neve, nous n’avons pas attendu les subsides européens pour travailler sur notre projet : la solution de paiement et « l’app » étant prêtes, nous avons officiellement démarré notre activité le 14 novembre 2017. D’autant que la Banque Nationale de Belgique venait de nous accorder la licence d’organisme de paiement. L’aide financière européenne que nous avons obtenue va nous permettre d’aller plus vite dans la réalisation et la commercialisation du produit. Nous avons estimé le budget nécessaire aux étapes de R&D, de promotion et de commercialisation de « Digiteal » à 1,3 million d’euros. Pour compléter l’apport financier de l’Europe, nous avons donc procédé à une augmentation de capital avec des partenaires industriels ».

Il faut y croire !

Y croire, c’est sans doute ce qu’il faut retenir de l’expérience européenne de Teal IT, première PME wallonne à avoir décroché un financement du SME Instrument Phase 2 ! « Et ne pas hésiter à faire appel au NCP Wallonie, poursuit Cédric Neve. L’accès aux programmes européens s’est fait par eux. Ils ont ensuite relu nos dossiers avant leur dépôt et ont été notre point de contact avant les notifications officielles. Passer par un consultant fut aussi primordial. Et ce n’est pas hors de prix : il y a eu une petite mise de fonds au départ, mais ensuite toutes les prestations des consultants ont été financées par les subsides européens qu’ils contribuaient à obtenir. Je dirais que le tout début d’une aventure à l’Europe comme la nôtre commence avec le NCP et évidemment, un embryon de projet qui tienne la route. Après seulement, on peut faire appel à des organismes de type société de consultance spécialisée. Il faut donc bien évaluer l’opportunité de son projet en tout début de parcours ».

« Digiteal », un assistant personnel de facturation

« Digiteal » est une application permettant à chacun de payer la facture qu’il reçoit sur son ordinateur ou son smartphone via un QR Code que l’on scanne et qui laisse apparaître toutes les informations du paiement (nom du créancier, IBAN, montant et communication du paiement). Pour effectuer le paiement, le client n’a plus qu’à introduire son pincode. Puisqu’il n’y a plus de saisie manuelle, il n’y a plus d’erreurs de transcription… Mais le système va plus loin. En payant plusieurs factures en provenance du même fournisseur, « Digiteal » va proposer de réaliser les prochains paiements automatiquement en fonction de la moyenne des montants versés. Si le montant est supérieur à cette moyenne, une vérification sera demandée avant de pouvoir faire le paiement. Une fonctionnalité que ne permettent pas les domiciliations bancaires. L’application ne se borne pas uniquement au paiement des factures, elle permet aussi de les gérer (suivi de l’état des factures reçues, consultation de l’historique, rappel des factures impayées, possibilité de télécharger les documents joints…). Pour les indépendants, petites et grosses entreprises ou organismes, recourir à « Digiteal » pour envoyer des factures à leurs clients, c’est aussi une transition en douceur vers la facturation électronique. La plateforme et le suivi proposés par Teal IT répondent particulièrement aux besoins de plus petites structures à qui cela coûterait trop cher de passer par des solutions de domiciliation permanente.

« Digiteal » est la première plateforme à proposer une solution de facturation électronique avec sa propre solution de paiement. Elle permet donc de se passer des acteurs traditionnels que sont les intermédiaires de paiement (payment service providers) et les acquirers (solutions nationales telles que Bancontact en Belgique, mais surtout internationales comme Paypal ou les cartes de crédit, souvent américaines). Utilisant les standards du Digital Single Market promu par la Commission européenne, « Digiteal » propose ainsi une solution 100% européenne aux clients de toutes les banques de la zone SEPA.